RECOPIER LA SYNTHESE

Ce que je retiens :

La IIIe République a traversé plusieurs moments difficiles à partir de 1886 . Quelles sont ces crises qui ont déstabilisé la IIIème république ?

D’abord, il y a eu le boulangisme, un courant hostile à la IIIe République. Mené par le général Boulanger, il réclamait un régime plus autoritaire et la revanche immédiate sur l’Allemagne victorieuse en 1870. Mais la menace boulangiste est écartée en 1889.

Au début des années 1890, les anarchistes commettent des attentats pour toucher le régime républicain au coeur : bombe à la Chambre des députés, assassinat du président de la République (Sadi Carnot, 1894). Les lois « scélérates » sont votées pour combattre les milieux anarchistes.

L’affaire Dreyfus montre que les valeurs républicaines (justice) sont bafouées par de hauts responsables de l’Armée, avec le soutien de l’Église catholique. Un courant nationaliste, antirépublicain, antisémite anime les antidreyfusards. Mais les élections portent les radicaux au pouvoir et Dreyfus est innocenté en 1906.

Enfin, la loi de séparation des Églises et de l’État en 1905 provoque aussi une crise, car le Pape refuse cette loi et beaucoup de fidèles en 1906 défendent l’accès des églises aux fonctionnaires chargés des inventaires des biens de l’Église. Il faut faire intervenir les forces de l’ordre, mais les choses s’apaisent ensuite.

On voit donc qu’il y a eu de nombreuses crises, mais qu’elles furent toutes surmontées par la IIIe République, qui reste en place en 1940.